Croisière plongée en thailande phuket et khaolakCroisière plongée Phuket et Khaolak

Le plaisir est souvent déclenché par l’un ou plusieurs de nos sens. A l’avant de Bunmee 3, je fixe l’horizon qui avance constamment devant moi en m’éloignant peu à peu de la côte. Je reste attentif aux formes des vagues, à la perspective des lignes que forment les quelques nuages, aux couleurs vives que le soleil m’offre, aux sons des flots qui caressent la coque du bateau, au parfum du sel sur ma peau... Dive now !
Devis voyages plongée

Interview de Frédéric Di Meglio

Frederic Di Meglio photographe sous-marinFrédéric est un photographe sous-marin au talent reconnu depuis de nombreuses années et de renommée internationale, avec plusieurs titres de Champion du Monde dans cette discipline. Ce médecin chirurgien ORL, né en 1953, spécialisé en médecine du sport et en médecine de plongée, est passionné depuis 1983 par l’image sous-marine. Il partage son temps entre la mer, la photo et la médecine. Il répond à quelques questions de Baptiste Chikli sur son parcours, ses projets et sa passion pour la photo subaquatique...

Baptiste Chikli: Depuis combien de temps plonges-tu et comment as-tu débuté ?

Fred Di Meglio: Vivant au pied des Calanques de Provence, enfant très tôt j’ai goûté aux plaisirs de la mer à travers un masque. Adolescent, c’est la pratique de la chasse sous-marine qui m’a ouvert les yeux sur les richesses de cet univers. Plus tard, ce sera la découverte passionnelle de la photo subaquatique qui me fera totalement abandonner cette pratique. La chasse photographique avec la captation de l’instant et de l’objet en images, supplantera cette prédation. Pour en revenir à la découverte de la plongée scaphandre, mon baptême eut lieu en 1970 au sortir de l’adolescence, à côté des Goudes à Marseille. Génération Cousteau où l’on buvait les images du monde du silence. Puis quelques années de pratique « solitaire », la plongée était encore mal structurée. Découverte des rudiments techniques avec un copain, à tâtons. Passage au Vieux Plongeur dans la foulée du Brevet élémentaire et du 1ere échelon de l’époque. Enfin départ comme aspirant médecin, volontaire de l’aide technique sur l’île de la Réunion avec la découverte de la FFESSM, des clubs associatifs, et le passage du niveau 4 de plongée technique... De retour en métropole, passage du MF1 aux Glénans en 1981, suivi du Brevet d’Etat, puis du Monitorat 2eme degré à Niolon en 1983. Envie de donner, envie de transmettre. Puis envie de laisser des traces : au même moment l’image sous-marine commence à s’imposer dans mon inconscient... c’est l’achat de mon premier Nikonos. Une aventure pleine de passion commençait.

Baptiste Chikli: On remarque qu’il est de plus en plus difficile et compliqué de garder des plongeurs dans un club ou d’accueillir des débutants, qu’est-ce qui t’a fait tenir à l’époque et qu’est ce qui te fais tenir aujourd’hui ?
 
Fred Di Meglio: On pourrait dire qu’est ce qui continue à me faire avancer et rêver ? C’est un élan vital qui vient du plus profond de moi, du plaisir à la passion. Tant pour la plongée que pour la photo. Le bleu, la lumière si particulière, la 3ème dimension, les rencontres rapprochées avec la Nature sauvage. L’image subaquatique se cherche encore, les photographes sous-marins doivent s’inventer un regard autonome. En passant de l’autre côté du miroir avec mon appareil photo à la manière d’Alice aux pays des merveilles, je cherche le chemin de l’infini où le réel se transforme en imaginaire. Dans l’éditorial de mon site Internet www.dimeglio-photo.com, j’ai annoté cette phrase suivante « Plaisir des yeux qui dépasse l’éphémère vie de l’instant qui passe, plaisir du cœur qui s’affiche pour donner envie de connaître l’océan et d’aimer l’eau à ceux qui passent ».
 
baleine en plongée    immersion bébé nageur    gorgones    crevette et murène
Copyright photos Frédéric Di Meglio

Baptiste Chikli: Peut-on dire que la photo a sauvé tes années plongées ?

Fred Di Meglio: Le terme passion serait le plus approprié. C’est vrai que j’entretiens avec l’image subaquatique des rapports qui relèvent du passionnel, avec un investissement personnel total dans cette discipline d’abord comme pratiquant compétiteur et reporter photographe puis comme enseignant et dirigeant. Depuis toujours, je suis très fusionnel avec l’eau. Le milieu subaquatique avec les rencontres qu’il procure et les sensations qu’il génère est un puissant moteur émotionnel. Un philosophe disait que « L’appareil photo est bien plus qu’une prothèse du regard. Il est l’instrument d’appropriation du monde le plus efficace ». Un regard subaquatique ne s’invente pas, il se modèle et se nourrit avec le temps. La photographie sous-marine est au cœur de ma vie, mais je continue toujours aussi à faire de l’encadrement technique comme instructeur national dans la formation des moniteurs 2ème degré. Histoire de transmettre...

Baptiste Chikli: Tu fus champion du Monde de photographie sous-marine en 1990, 92 et 94, pour toi la photographie est un sport ou reste un art ?

Fred Di Meglio: Arrivé à un certain niveau d’apprentissage des techniques avancées de prise de vue et à un certain niveau d’approfondissement sur le langage de l’image, la démarche d’un photographe est de rechercher une vision personnelle, un certain style. Je parle souvent à ce sujet de philosophie de l’image. Notre savoir inspire notre voir et notre imagination peut alors s’exprimer. En effet pour saisir les miracles du hasard, il faut un regard entraîné (maîtrise technique et artistique), une motivation (c'est-à-dire un point de vue personnel comme le disait Cartier Bresson) et de l’intuition (un peu de cette folie divine dont parlait Platon). En raison du milieu subaquatique et de ses contingences physiques parfois difficiles, la photographie dans cet univers se pose à la fois en termes de sport et d’art. C’est indissociable pour moi. Un détail d’importance : J’aime être sous l’eau et faire des images, par contre je n’apprécie pas de bricoler mes images à l’ordinateur.

Baptiste Chikli: Peux-tu nous expliquer comment se déroule une compétition de photos sous-marine ?

Fred Di Meglio: Comme « dans une tragédie antique », il y a unité d’espace et de temps, avec pour théâtre des règles bien définies. Pour un championnat de France par exemple, l’on pourrait dire qu’il y a 3 actes sur trois journées, faits de 2 manches de plongées et d’une manche de choix des images (la plus compliquée !). Des thèmes sont à respecter lors des prises de vue : ambiance avec ou sans présence humaine, ambiance animalière, photo de poisson, macro photo, thème créatif imposé... Le lieu d’évolution en plongée, la quantité d’air disponible, la durée d’immersion, le nombre de prises de vue maximales possible sont réglementées. Chaque équipe est faite du binôme photographe et accompagnateur –modèle pour le meilleur et pour le pire. Au final, six images thématiques à rendre, sans modification informatique. Le classement final se fait sur l’ensemble de la série photographique sélectionnée.
 
Baptiste Chikli: Quel est ton meilleur souvenir en compétition ?

Fred Di Meglio: En dix ans de compétition au plus haut niveau, de 1986 à 1996, ce qui probablement demeure le plus symbolique pour moi, c’est en 1990 mon premier titre de champion du Monde de photo sous-marine pour ma série d’images, avec en plus le prix spécial de la plus belle image de ce Mondial. Un titre en individuel, un titre par équipes et le prix spécial. Toutes les plus hautes nominations. Cela se passait en Sicile à Milazo, deux jours pleins en compétition avec à l’époque cinq heures de prises de vue journalières, avec vingt six nations et une cinquantaine de compétiteurs sélectionnés par leurs fédérations respectives et venant des cinq continents. Cette date correspond au vrai début de l’Ecole française de photo sub et de son installation au premier plan de la scène internationale. Avec Marc Debatty et André Ruoppolo comme co-équipiers. Et avec Chantal, mon épouse, comme modèle. Le lendemain, les journaux italiens titraient « la grande occasion perdue », l’Italie était de loin à l’époque la nation favorite. Pour la soirée de palmarès, je garde le souvenir d’une grande fête à l’italienne avec son exubérance, son faste et des milliers de spectateurs !...
 
poulpe plongee    spirographe
Copyright photos Frédéric Di Meglio

Baptiste Chikli: Beaucoup de « photographes amateurs » ont du mal à cadrer, à caler leur flash durant leurs séances de prises de vues… Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

Fred Di Meglio: Dans le livret paru fin 2006 « Découverte de la photo numérique sous-marine » (édition FFESSM), j’écrivais : le plaisir est sous l’eau, découvrez-le et photographiez-le en numérique grâce à un APN compact. Une nouvelle ère de la photo sub est née avec cette ouverture au grand public. Démocratisation et facilitation de la prise de vue apportée par cette nouvelle technologie. Toujours là, toujours prêt, un simple photoscope muni de son petit caisson dédié est devenu maintenant un objet quotidien pour la plongée grand public. Ce guide en 10 chapitres pratiques est vraiment adapté pour aider à débuter la photo sous l’eau. Avec lui, cette initiation pratique devient un jeu d’enfant. Mais pour commencer, devenez un bon plongeur, respectueux de l’univers qui vous accueille.

Baptiste Chikli: Les épaves sont de plus en plus en vogue, comment gères-tu tes prises de vues ?

Fred Di Meglio: Les épaves, c’est avant tout une atmosphère. Un peu comme on entre en religion, on doit s’en imprégner. Mystère, émotion, témoignage. C’est un vestige du passé, revivant au présent. Tout cela passe par le viseur de l’optique dite « grand angle ». Lignes de fuite, graphisme et perspectives, jeux de lumière, théâtre d’ombres, dérobade de la couleur sauf le choix du bleu. Domaine du grand angle qui transforme et transfigure. La lumière artificielle n’est ici qu’un possible complément. Sans relâche, sans cesser d’expérimenter, l’œil collé au viseur doit chercher. De longs moments où tout se cherche et de rares moments de vérité pour déclencher. Le numérique ne m’a pas rendu plus fanatique du déclencheur qu’à l’époque argentique.

Baptiste Chikli: Voyage, voyage… Quel est le spot de plongée qui est pour toi inévitable ?

Fred Di Meglio: Je n’ai pas de site unique de prédilection, mais plutôt des lieux différents dont chacun est porteur d’une émotion particulière. Certes, à la manière d’Ulysse de retour de longs voyages, je dirais que Riou et les calanques de Cassis où je vis sont toujours un perpétuel émerveillement. Côté émotion, quelques points de repère à citer... L’île Coco et ses requins marteaux approchés au plus près en recycleur, le détroit de Lembey en Indonésie pour son microcosme d’espèces rares, Ras Mohamed en mer Rouge pour son foisonnement de vie, Walindi en Papouasie Nouvelle Guinée pour ses couleurs, la danse des mantas aux Marquises gobant les nuées planctoniques, le mystère des eaux froides et des kelps de Colombie Britannique, la rencontre en apnée de géants à Madagascar (requins baleines à Nossy Bé, baleines à bosse et baleineaux à Ste Marie), les dauphins facétieux de Little Bahamas Bank...

Baptiste Chikli: Qu’est ce t’apporte la photographie de manière générale ?

Fred Di Meglio: C’est l’histoire d’une naissance il y a plus de 25 ans, premières images avec un Nikonos. A l’époque, c’est la fin de ma spécialisation de médecin chirurgien ORL, avec un monitorat de plongée deuxième degré en poche depuis quelques années où la seule technique pour la technique commence à m’ennuyer. Je découvre la commission photo alors balbutiante et le besoin d’une « plongée plus ». La photo s’impose alors comme un moyen de mieux découvrir la mer, de mieux la connaître et de ramener un témoignage, champ immense d’exploration pour stimuler mon inspiration esthétique. L’émotion photographique devient alors pour moi un puissant moteur à la fabrication de traces. Traces qui attestent du désir de réaliser une inscription, inscrivant en image le lien intense qui a uni le photographe à l’objet ou au sujet de son émotion. 
 
plongée sardine run

Baptiste Chikli: As-tu une photo préférée dans ton book d’images ?

Fred Di Meglio: Parmi tant d’autres alors que le bleu est souvent un de mes thèmes favoris, je choisirais plutôt l’alchimie de ce profil féminin face à face avec le panache de ce spirographe. Cette image, c’est mon regard photographique de l’union de l’Homme et de la mer. Image du clair-obscur omniprésent sous l’eau entre lumière et ténèbres, féminité symbolique de l’univers aquatique, intimité avec ce monde étrange et merveilleux (tout le mystère de la femme et d’une fleur animale). La photographie à le pouvoir de rendre universel le particulier. Cette photographie a nécessité une grande connivence sous l’eau avec mon épouse Chantal. Au-delà des problèmes techniques à résoudre pour créer et réaliser une telle image, sa force est d’établir un équilibre entre le monde extérieur et notre monde intérieur, univers de la pensée et du monde crée opposé à l’univers de l’intuition et du monde créateur. Le photographe ne se contente pas de regarder, il instaure une question sur sa relation avec le monde. L’image doit être un parti pris, ici un certain regard et un murmure sur la mer, un face à face en toute connivence...

Baptiste Chikli: Tu es régulièrement Président de jury lors de grands concours photos comme les championnats de France ou encore du Monde, d’après toi, qu’est ce qui fait la différence et ce qui va détacher entre un photographe et tout un banc d’autres photographes ?

Fred Di Meglio: A haut niveau, c’est la gestion du stress qui fait la différence en compétition « in situ ». Il faut « un point de vue » pertinent et un regard différent sur un objet parfois banal pour impliquer le spectateur et le jury dans l’image. Un championnat de France ou du Monde nécessite d’être un photographe complet pour gérer les différents thèmes obligatoires à traiter. Pour les concours, c’est différent car les images viennent de toute la planète Océan sans contrainte de lieu et de temps pour photographier. Là c’est souvent le sujet ou la situation qui accrochent le regard de par leur rareté. Mais toujours, l’expérience et le mental ont besoin de s’associer au génie créatif pour permettre la réussite au plus haut.

Baptiste Chikli: Médecin Chirurgien ORL, photographe à multiples facettes et plus de 6000 plongées à ton actif, comment fais-tu pour tout réaliser avec tant de professionnalisme et de plaisir ?

Fred Di Meglio: Vraisemblablement, j’ai un tempérament plutôt hyperactif, aimant aller au bout des choses. Je demeure très exigeant vis-à-vis de moi-même, j’ai appris à l’être moins vis-à-vis des autres. A chaque photo, c’est une possible nouvelle aventure qui peut commencer. C’est ce qui permet d’aller toujours en avant et de m’investir. Aussi bien dans mon métier de médecin et chirurgien ORL, reconnu en particulier en médecine de plongée, que dans ma passion de l’image sous-marine. Le sens pédagogique acquis avec l’enseignement tant en plongée technique qu’en photo m’a permis de développer des qualités humaines d’écoute, que j’ai pu retransmettre à travers ma profession médicale. Plus de 40 ans de plongée à voyager dans toutes les mers du globe. Plus d’une cinquantaine de grands reportages photo en 25 ans. Plusieurs ouvrages dédiés à la photographie sous-marine en plus de 10 ans. Mais je ne reste qu’un amateur très éclairé, expert certes en photo sous-marine, mais au sens noble du terme.

livre plongée mer rouge         livre plongée egypte
Livre de Frédéric Di Meglio & Sébastien Salingue " 100 belles plongées en Mer Rouge"

Baptiste Chikli: Pour terminer, les questions environnementales étant à la mode, quel est ton avis sur ces changements au niveau sous-marin depuis ces dernières années et quelles sont tes actions en tant que plongeur et photographe ?

Fred Di Meglio: La photo subaquatique est une photographie essentiellement de Nature. A ce titre, elle est indissociable de la conservation de notre planète Océan sous toutes ses formes, de l’immense à l’intime. Sans nature, pas de futur. Ma formation scientifique tant médicale que biologique me conduit à respecter et honorer la biodiversité et la vie. Si je ne milite pas dans une association de sauvegarde particulière de l’environnement, je demeure néanmoins un farouche partisan de cette éthique qui nécessite une nécessaire et radicale évolution des mentalités. Après seize ans de présidence de la commission nationale audiovisuelle de la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins, depuis un an et demi je suis devenu Secrétaire Général de la Fédération. Et à travers ce poste, je m’implique actuellement beaucoup dans le Développement Durable à travers le Sport. Les statuts et l’histoire de cette fédération s’inscrivent dans cette démarche, et nos actions entreprises lors du Grenelle de la Mer ont permis de faire reconnaître l’importance de notre rôle dans la sensibilisation et l’éducation du public. Et comme le disait récemment le Ministre du MEEDDM (ministère du développement durable et de la mer), le Grenelle de la mer a regardé sous la mer, grâce à la FFESSM.

Focus matériel :
  • Ton APN : passé au numérique début 2007, j’ai deux appareils photo reflex Fuji S5 Pro (mais j’ai gardé un de mes Nikon RS argentique).
  • Ton boîtier étanche : caisson aluminium Sea and Sea avec dôme grand angle et hublot plan et un viseur externe à 45°.
  • Tes objectifs : optique 10,5mm Nikon, zoom Tokina 10-18mm, optique 60mm macro Nikon et en terrestre un zoom 18-200mm VR Nikon.
  • Tes flashs : toujours deux flashs, de bons vieux modèles manuels Nikon SB105.


Propos recueillis par Baptiste Chikli auprès de Fred Di Meglio
(Octobre 2010)
Droits de reproduction réservés - Copyright photos Frédéric Di Meglio

Fred Di MeglioEn savoir plus: 

Frédéric Di Meglio
Site Web: www.dimeglio-photo.com

Interview effectuée par Baptiste Chikli
Site Web: bchikli.blogspot.com
Annuaire plongée
Vacances plongée

Plus de 300 voyages proposés par les voyagistes à découvrir !

Voir les offres...

Croisières et Séjours

matériels de plongée

Les incontournables

VOYAGES
Votre devis vacances plongée en ligne
MATERIELS
Votre devis achats matériels en ligne
ACTUALITÉS
Les dernières actus de la plongée
NEWSLETTER
Recevez par email les news mensuelles
EQUIPEMENTS
Un catalogue des matériels de plongée
DESTINATIONS
Pays et lieux où plonger
MEDIAS
Galeries de milliers de photos
Voyages plongée sous-marine
Croisières et séjours plongée  - Bonaire
  - Egypte
  - Kenya
  - Maldives
  - Maurice
  - Mexique
  - Oman
  - Kenya
  - Seychelles
  - Tanzanie
  - Viêt-Nam...
Matériels de plongée  - Bouteille
  - Caisson
  - Détendeur
  - Gilet
  - Instrument
  - Lampe
  - Masque
  - Ordinateur
  - Palme
  - Tuba
  - Vêtement...